Dans le monde de l’entreprise vous avez déjà peut-être entendu parler de collègues « cerveau gauche » et de collègues « cerveau droit », autrement dit de personnes utilisant plutôt des compétences analytiques et comptables et de personnes utilisant plutôt des compétences artistiques et créatives.

L’asymétrie cérébrale désigne l’inégale implication de ces deux hémisphères dans les différentes fonctions mentales. Par exemple, dans la fonction du langage, l’hémisphère gauche est dominé par la parole, la lecture, l’écriture et l’arithmétique. Quant à l’hémisphère droit, toujours dans cette fonction du langage, il est dominé par le contenu émotionnel.

C’est ici que nous pouvons faire intervenir la notion d’empathie mais aussi d’intelligence émotionnelle…

En effet, une des compétences sociales rattachée à l’intelligence émotionnelle est l’empathie. L’empathie est une notion qui désigne la compréhension des émotions d’un autre individu. Il s’agit de cette capacité à partager les émotions d’autrui, sans les confondre pour autant avec nos propres émotions. C’est un puissant moyen de communication interpersonnel capable de résoudre bien des problèmes de communication et de compréhension dans les relations managériales.

Daniel Pink, journaliste américain né en 1964, est l’auteur de plusieurs ouvrages traitant de l’évolution du monde du travail et notamment du très bon livre « L’homme aux deux cerveaux » paru en 2006.

Dans ce livre il nous explique pourquoi le futur du monde du travail appartient aux gens qui sauront utiliser les compétences de leur cerveau droit.

Notre société, notre éducation et notre économie sont basées uniquement sur les qualités de notre hémisphère gauche qui sont logiques, linéaires et analytiques. Seulement, ce modèle est dépassé à cause de l’Abondance, de l’Asie et de l’Automatisation (autorisons nous le terme AAA ou triple A…).

Prenons le 1er A, l’Abondance… Notre société occidentale est caractérisée par cette abondance de biens et de compétences identiques chez la plupart des managers. Tout le monde sait utiliser les compétences logiques, linéaires et analytiques (le moule de l’Education Nationale est passé par là…).

Prenons le 2ème A, l’Asie… Savez-vous que les ingénieurs Indiens gagnent 10 000 € par an soit 5 fois moins que le salaire d’un ingénieur occidental mais 25 fois plus que le salaire moyen Indien ? Chaque année plus de 350 000 ingénieurs indiens sortent des universités… Ils peuvent donc faire le même travail qu’un ingénieur occidental mais à un coût 5 fois inférieur.

Prenons enfin le 3ème A, l’Automatisation… Vous voulez un exemple ? Gary Kasparov face à Deep Blue… Pendant leurs parties d’échec Gary était capable d’analyser 2 ou 3 coups par seconde quand Deep Blue en analysait 2 à 3 millions dans le même temps. Ce qui veut simplement dire que pour effectuer des tâches basées sur des règles, des calculs, des automatismes réglés par notre hémisphère gauche, un ordinateur est plus efficace.

L’avenir paraît sombre ? Pas vraiment, si vous savez utiliser vos compétences liées à l’hémisphère droit.

En effet, Daniel Pink nous dit que les personnes qui s’en sortiront seront celles capables d’utiliser les aptitudes suivantes :

– la capacité à créer une beauté émotionnelle et artistique;

– la capacité à raconter une histoire s’adressant à notre vécu émotionnel;

– la capacité à ressentir de l’empathie pour les autres;

– la capacité à comprendre les subtilités de l’échange humain;

– la capacité à trouver la joie au plus profond de soi;

– la capacité à se lancer à la poursuite d’un but et d’un sens.

En effet, à l’heure actuelle, la valeur ajoutée d’un ingénieur ou d’un manager se situe dans ces capacités, impossibles à délocaliser pour un moindre coût et à dupliquer et à automatiser pour un ordinateur.

Nous y voilà… Il s’agit bien ici de compétences émotionnelles caractéristiques d’une certaine intelligence émotionnelle et plus spécifiquement d’une capacité à ressentir les émotions chez les autres, à s’y adapter, à les comprendre, à s’automotiver etc.

Le futur appartiendrait donc à ceux qui, dans les entreprises, sauront développer et diffuser ces compétences…

Reynald Heckenbenner

Publicités