howard-gardner-e1301770080527

Howard Gardner est un visionnaire. Né en 1943 à Scranton en Pennsylvanie, il est à l’origine d’une théorie peu connue, notamment dans les pays à culture rationnelle comme la France, et qui va probablement bouleverser les rapports professionnels et éducatifs dans les années à venir. Psychologue et enseignant à Harvard, il publia en 1983 sa théorie, celle des Intelligences Multiples. Mais avant d’en livrer d’avantage commençons notre histoire près d’un siècle plus tôt…

Nous sommes à Paris au tout début du XXème siècle. Le Petit et le Grand Palais viennent d’être donnés à la ville dans le cadre de l’Exposition universelle de 1900. C’est aussi la projection du film des frères Lumières sur écran géant et l’apparition de la première ligne de métro de Paris entre la Porte Maillot et la Porte de Vincennes. C’est dans cette effervescence scientifique de la Belle Epoque qu’Alfred Binet, suite à une demande du ministère de l’instruction publique inventa un test dans le but de détecter les enfants avec les plus grandes difficultés scolaires. Le psychologue de formation publie son Echelle métrique de l’intelligence qui sera par la suite améliorée pour aboutir aux premières mesures de l’intelligence, notamment grâce aux travaux de Wilhem Sterne qui invente le terme de quotient intellectuel. C’est le début d’une très longue plus ou moins bonne utilisation exclusive de ces tests mesurant l’intelligence.

Ce n’est qu’avec le développement des sciences cognitives et des neurosciences que l’on comprit que l’intelligence logico-mathématique et l’intelligence langagière, mesurés par les tests de QI, n’étaient pas exclusifs, voire ne reflétaient pas l’entièreté de l’intelligence. Pourtant, les navigateurs qui ont peuplé l’ensemble de la Polynésie en se guidant avec les étoiles l’avaient déjà compris… Ils ont fait preuve d’une intelligence différente afin de se diriger sur l’immensité de l’océan. Mais pourquoi aujourd’hui ces découvertes d’autres formes d’intelligences ne sont pas plus connues ? Les traces laissées par le siècle des Lumières, par les grands penseurs et les grands scientifiques rationnels nourris par le déterminisme et le réductionnisme sont encore présentes de nos jours.

Howard Gardner travaille sur sa théorie des intelligences multiples depuis plus de 30 ans et les découvertes en neurosciences ont accéléré la donne.

La théorie des intelligences multiples avance le fait que la compétence cognitive humaine est un éventail de capacités, d’aptitudes et d’habilités mentales. Chacun d’entre nous possède l’ensemble de ces intelligences mais c’est par leur degré de maîtrise que nous nous différencions les uns des autres. Howard Gardner remet en cause les doctrines traditionnelles reposant sur la croyance que les tests de QI permettent de « quantifier » l’intelligence humaine. Il existe donc plusieurs formes d’intelligences reliées entre elles et dépendantes les unes des autres.

LES 8 FORMES DE L’INTELLIGENCE

tetes

L’intelligence langagière ou intelligence des mots

Première des formes d’intelligence, celle-ci a été à la base de toute l’approche traditionnelle de la psychologie et satisfait aux tests empiriques. Elle est à la base de la notion principale de l’intelligence. Rien de particulier à dire sur elle car le don du langage est universel. Il s’agit donc de la capacité à utiliser des mots pour exprimer des idées plus ou moins complexes. C’est l’intelligence des sons, et les personnes qui utilisent leur mémoire auditive plus que leur mémoire visuelle disposent probablement d’une intelligence verbo-linguistique développée.

Si quelqu’un dans votre équipe parle constamment (sic !), qu’il a une bonne mémoire des dates et des noms et qu’elle prend du plaisir à raconter des histoires, il y a fort à parier qu’elle se retrouvera dans cette forme d’intelligence.

L’intelligence logico-mathématique ou intelligence de la logique

Deuxième des formes d’intelligence dites traditionnelles. Les personnes dotées de cette forme d’intelligence sont capables de calculer et de raisonner de façon logique très vite. Elles sont assez facilement reconnaissables… Le calcul du fameux QI permet de le mesurer et pendant des années cette forme d’intelligence était reconnue comme suffisante pour définir les personnes intelligentes et les autres. A la base du système scolaire de notre pays, issue d’une longue tradition scientifique, elle envoya aussi à l’échec des milliers d’élèves chez qui cette forme d’intelligence n’était pas prédominante.

Si quelqu’un dans votre équipe aime résoudre des problèmes logiques et aime raisonner sur des choses et comprendre ce qui arrivera « ensuite » c’est probablement que cette forme d’intelligence sera développée chez lui.

L’intelligence spatiale ou intelligence des images

Nos fameux navigateurs polynésiens en étaient certainement dotés pour pouvoir se représenter mentalement l’immensité de l’océan qu’ils ont traversé. Il s’agit donc de la capacité à agir dans un univers spatial en s’en construisant une représentation mentale. Cette forme d’intelligence est utile pour visualiser les objets sous un angle différent et il n’est pas rare que les artistes en soient dotés. Les neurosciences ont mis en avant l’utilité du cerveau droit dans la reconnaissance spatiale, le sens de l’orientation, la capacité à reconnaître les lieux et les visages mais également les petits détails. Tous ceux qui ont besoin de créer et d’inventer, mais aussi ceux qui ont besoin de se mouvoir dans l’espace, qu’il soit immense comme le ciel ou plus petit comme le corps humain, en sont dotés. C’est donc naturellement que les pilotes d’avion ou les chirurgiens se retrouvent dans cette forme d’intelligence.

Si quelqu’un dans votre équipe possède une imagination foisonnante, qu’il aime concevoir, dessiner, lire des graphiques ou des cartes, qu’il a besoin d’images pour comprendre, c’est qu’il sera très probablement doté d’une intelligence spatiale au-delà de la moyenne.

L’intelligence musicale ou intelligence des sons

N’est pas musicien qui veut et tout le monde n’a pas l’oreille musicale. Il est facile de comprendre que cette forme d’intelligence est présente chez la plupart des musiciens. Là encore les neurosciences ont montré que certaines parties du cerveau « s’activaient » lors de l’écriture musicale et cela peut donc être qualifié d’intelligence. Plus prosaïquement cette forme d’intelligence s’exprime par la capacité à penser en rythme.

Si quelqu’un dans votre équipe aime fredonner, battre le rythme et même de temps en temps chanter vous n’aurez peut-être pas encore trouvé la Nouvelle Star mais plutôt quelqu’un à l’aise avec cette forme d’intelligence.

L’intelligence kinesthésique ou intelligence du corps

Cette intelligence se caractérise par la capacité à résoudre des problèmes ou à produire des biens en utilisant tout ou partie de son corps. On y retrouvera la population des danseurs ou des athlètes notamment. Le contrôle des mouvements du corps est bien évidemment localisé dans le cortex moteur du cerveau. Il s’agit donc d’une forme d’intelligence. Les professions dites « manuelles » ont probablement les populations les plus dotées de cette forme d’intelligence.

Vous reconnaitrez dans votre équipe une personne avec cette forme d’intelligence si elle aime bouger, être en mouvement, toucher des objets pour comprendre le monde dans lequel elle vit.

L’intelligence naturaliste ou intelligence de la nature

Décryptée plus récemment que les autres formes d’intelligence, elle permet de classer les objets et d’être sensible à ce qui est vivant. Elle permet également à l’homme de comprendre l’environnement dans lequel il évolue.

Une personne dans votre équipe aime organiser, lister, regrouper, classer les choses ? Vous avez trouvé la forme d’intelligence qui la caractérise !

L’intelligence interpersonnelle ou intelligence des autres

Voici la première des intelligences qui caractérise l’intelligence émotionnelle. Il s’agit en effet de la capacité à comprendre les autres, à comprendre comment ils agissent et de ce fait à savoir comment interagir avec eux. Toutes les professions commerciales devraient avoir des collaborateurs dotés de cette forme d’intelligence. Grâce à elle nous pouvons résoudre les problèmes liés à nos relations avec les autres. Toutes les personnes, dont les relations avec les autres sont primordiales dans leur métier, doivent en être pourvue. La théorie des intelligences multiples met donc en avant cette intelligence émotionnelle.

Une personne dans votre équipe aime parler, influencer, prendre naturellement le leadership du groupe, résoudre des conflits entre personnes, a une bonne écoute ? Elle sera donc dotée d’une bonne intelligence interpersonnelle… Rappelons-nous qu’il s’agit d’une caractéristique forte de l’intelligence émotionnelle.

L’intelligence intrapersonnelle ou intelligence de soi

Il s’agit de la deuxième des intelligences qui caractérise l’intelligence émotionnelle. C’est la capacité à se former une représentation de soi fidèle et à l’utiliser correctement dans la vie. Cette forme d’intelligence permet de comprendre ses propres émotions et la façon dont elles se construisent et se manifestent.

Si dans votre équipe vous avez quelqu’un qui aime réfléchir et qui possède une bonne compréhension de ses forces et ses faiblesses vous aurez trouvé la personne qui aura une intelligence intrapersonnelle poussée.

QUELLES PEUVENT ETRE LES CONSEQUENCES EN MANAGEMENT D’EQUIPE ?

Notons tout d’abord le fait que ce n’est pas parce que nous parlons de plusieurs formes d’intelligences qu’il faut chercher à faire rentrer dans une case ou une autre chaque individu. Cependant, nous avons tous rencontré des gens qui montraient pour certains une plus grande facilité avec les mots ou les chiffres, pour d’autres une facilité à se mouvoir dans l’espace, à avoir une fibre artistique ou à être à l’aise dans les relations avec les autres. Il y a donc bien des marqueurs de ces intelligences plus ou moins prononcés en chacun d’entre nous. N’oublions pas que, d’après Howard Gardner, nous disposons tous de ces intelligences mais nous nous différencions par leur degré de maîtrise.

Manager une équipe pourvue des mêmes marqueurs et donc des mêmes formes d’intelligences ne va pas multiplier la force et la pertinence des décisions prises par cette équipe. Au contraire, rapidement le champ des possibles va se réduire et l’équipe va stagner. Une équipe constituée de membres dotés d’une maîtrise différente des formes d’intelligences va apporter des points de vue différents et innovants. Le manager, quant à lui, devra posséder l’intelligence intrapersonnelle et interpersonnelle pour mettre en musique les différentes intelligences du groupe. En effet, c’est en faisant appel à toute sa capacité à comprendre les formes d’intelligences de ses collaborateurs qu’il pourra les accompagner afin qu’ils prennent les meilleures décisions. C’est en les laissant expérimenter leur champ des possibles dans un regroupement collaboratif et non pas compétitif qu’il leur laissera créer, innover et construire. Autrement dit, c’est toute sa capacité à faire preuve d’intelligence émotionnelle qui sera gagnante… et qui va servir une vraie intelligence collective !

Reynald Heckenbenner

Publicités